Auteur : Delphine Ambrosiak

Voyage: Découverte du Japon – Premier Jour à Tokyo (1ère partie)

Voyage: Découverte du Japon – Premier Jour à Tokyo (1ère partie)

Premier réveil à Tokyo. Nous avons réservé avec le petit déjeuner typique et occidental compris. Il y avait de tout: du chaud, du froid, du sucré, du salé et surtout des pancakes en forme de tête de koala 🙂 En plus, c’était super bon. Tant mieux, nous avons pris 3-4 fois le petit déjeuner dans cet hôtel.

Premier quartier visité : Sumida

Comme nous sommes partis assez vite sans vraie organisation faite au préalable, à part de savoir que nous ferions Tokyo, Osaka et Kyoto, nous avons découvert les différents quartiers de Tokyo au fur et à mesure de nos journées, en commençant par les quartiers les plus proches de notre hôtel. Tout d’abord, le quartier de Sumida que nous avons rejoint à pied en partant de notre hôtel. En marchant dans ce quartier, nous étions déjà émerveillés par Tokyo. Nous nous dirigeons ce matin vers la Tokyo Sky Tree haute de 634m ce qui en fait la tour de radiodiffusion sur pied la plus haute du monde. Ensuite, on a vu l’immeuble d’Asahi Beer Hall, le Super Dry Hall, situé sur la rive Est de la rivière Sumida. Il a été dessiné par Philippe Starck et est surmonté d’une gigantesque flamme dorée renversée sensée représenter la mousse sur un verre de bière.

Tour de Tokyo
Asahi
La flamme des bureaux d’Asahi

Deuxième quartier : Asakusa

On continue tranquillement notre route en allant vers le quartier d’Asakusa. On traverse la rivière Sumida et on découvre de l’autre côté une allée remplie de cerisiers en fleurs, où les gens se pressaient pour se prendre en photo dessous. Certaines personnes étaient vêtues de kimonos traditionnels pour l’occasion !

Cerisiers en fleurs
Cerisier en fleurs avec des personnes en kimonos

Nous nous dirigeons alors vers le temple Senso-ji et ses environs. C’est un ensemble de plusieurs temples  et de portes. On pénètre dans ce complexe par la Kaminari-mon (porte du Tonnerre) de couleur rouge, et on emprunte ensuite une rue commerçante, Nakamise-dori. En continuant, on aperçoit une pagode à cinq niveaux appartenant au temple Dembo-in (qui ne se visite pas) et à droite de ce temple, le Senso-ji ou Asakusa Kannon vu qu’il renfermerait la statue en or de la déesse Kannon (qui n’est pas exposée au public)

Marché de nourriture
Rue commerçante
Senso-ji
Pagode
Senso-ji

Devant le temple, nous avons tiré au sort un omikuji (papier divinatoire), ceci fait partie du rituel d’une visite d’un temple. Pour 100 yens, on récupère un bâtonnet numéroté qui correspond à un tiroir du distributeur. On récupère alors un papier de « bonne fortune » . Malheureusement, parfois le présage est mauvais (on en a fait l’expérience ;)), il faut alors attacher le papier sur un support situé à côté pour conjurer le mauvais sort.

Les tiroirs numérotés
Tirage au sort
La petite baguette de bambou numérotée
La divination
Si elle est mauvaise, il faut conjurer le sort

Devant le temple, de l’encens brûle dans un grand chaudron. La fumée qui s’en échappe aurait des vertus curatives, donc vous pouvez acheter de l’encens et le mettre dans le chaudron puis vous en imprégner les vêtements.

Chaudron où brûle l’encens

Pour finir, dans ce complexe, le dernier sanctuaire est l’Asakusa-jinja érigé en l’honneur des trois pécheurs qui ont trouvé la statue de la divinité.

Une petite faim se fait alors sentir. En repartant, on passe par une rue et on voit une file de personnes qui attendent pour commander un bun frit. On fait la queue avec et on cherche en même temps sur internet ce que c’est comme endroit. On découvre que c’est l’un des meilleurs du quartier. Bingo, on continue à faire la queue.

Brice et le bun frit
Devanture du petit magasin de buns

 

Pratique, ils parlent un peu anglais, et la description du bun est en anglais aussi 😉  Une fois avalé, direction le parc d’Ueno.

Voyage: Découverte du Japon – Arrivée à Tokyo

Voyage: Découverte du Japon – Arrivée à Tokyo

Ça y est on y est ! On est arrivé ! Il est presque 17h à Tokyo et on est parti depuis plus de 24h mais nous sommes trop excités, on ne ressent aucune fatigue arrivés sur place.

Aéroport de Narita

Nous arrivons à l’aéroport de Narita et faisons la queue pour avoir notre visa. Ils s’excusait que les contrôles duraient plus longtemps que d’habitude. C’est vrai que nous avons mis plus de 30 minutes pour avoir notre visa et avons failli louper nos valises 😮 Le personnel de l’aéroport les mettaient déjà de côté !

En tout cas, une fois récupérées, direction la gare pour le Skyliner direction Tokyo centre !

DSCF2527

Gare de l’aéroport de Narita

Nous avions réservé un train pour aller à Tokyo, et nous avions un peu de temps libre devant nous avant l’heure de départ prévue. On en profite pour acheter une carte SIM afin d’avoir accès à Internet partout au Japon : c’est une carte SIM que l’on utilise pour les données mais pas pour les appels ni les SMS. On note la discipline dans les escalators, comme partout à Tokyo : on se place à gauche si on ne bouge pas, la voie de droite étant laissée libre pour les personnes pressées. Enfin, on recherche la voie où notre train va arriver et attendre le Sky Liner pour le centre de la ville de Tokyo.

Après 45 minutes de train, arrivée à la gare d’Ueno de Tokyo.

DSCF2530
Train Skyliner pour Tokyo – Ueno
DSCF2532
Intérieur du Skyliner

skyliner

Métro de Tokyo

À partir de cette gare d’Ueno, nous avons pris le métro pour l’arrêt Kinshicho où se trouvait notre hôtel. Nous avons essayé de comprendre le mode de fonctionnement pour acheter nos billets : en fait, on paye à l’avance selon la distance que l’on va parcourir ou selon le nombre de stations que l’on va passer. Si vous vous trompez, ne vous inquiétez pas, il y a des caisses automatiques qui permettent de compléter la somme si vous n’aviez pas mis assez au départ (et cela nous est arrivé plusieurs fois ;)) Il existe sinon des cartes avec trajets illimités (plus facile d’utilisation 😉 ) sur les deux compagnies de métro pour 1, 2 ou 3 jours (Tokyo Subway Ticket). Je vous le conseille si vous comptez utiliser souvent le métro pendant votre voyage.

Du coup, les billets une fois en poche, direction la bonne station de métro avec plusieurs changements de ligne de prévu pour atteindre l’arrêt Kinshicho. Tout pour rendre notre petit périple avec nos valises intéressant 😉 Pour attendre notre métro, on se met à la suite des files de gens bien rangés qui attendent le métro. Ils sont tous les uns derrière les autres, sans se pousser, ça change de chez nous ! À signaler, il y a du monde, même beaucoup de monde dans ce métro. Du coup pour rentrer dans une rame, chacun avec sa valise, son sac à dos, ce n’est pas facile pas facile.

DSCF2536

Voyage: Découverte du Japon – Transport

Voyage: Découverte du Japon – Transport

Cet article fait suite au premier post concernant l’organisation du voyage

Le jour-J est arrivé ! Tout est prêt, on part 3h avant l’horaire prévue pour être sûr de ne pas louper le train à Bruxelles. Encore un peu inquiets car on ne sait pas exactement comment va se passer notre trajet train/avion, où doit-on récupérer nos billets, etc. On laisse la voiture dans le parking que nous avions réservé à l’avance, puis on se dirige vers le métro mais (pas de chance) les bouches de métro sont fermées en raison des attentats qui ont eu lieu quelques semaines avant notre départ. On se dirige vers la gare de Bruxelles-Sud à pied, sans croiser aucun taxi, avec notre valise de 13kg environ qui se situe à 1km de notre parking… Mais bon, on part au Japon, alors on se dépêche quand même.

Gare de Bruxelles

Arrivés à la gare un peu transpirant, on cherche le guichet Air France pour aller faire enregistrer nos bagages pour le train et pour l’avion. C’est là que le code share est intéressant (en tout cas pour l’aller), ils s’occupent de vos bagages jusqu’à l’aéroport. Vous n’avez pas besoin de les récupérer à la sortie du train pour les refaire enregistrer pour l’avion. Tout est fait pour vous 🙂

Explication d’un vol code share:

En gros, c’est un vol vendu par une compagnie aérienne qui regroupe plusieurs autres compagnies. Pour notre cas, c’était Air France qui vendait un billet SNCF pour Bruxelles-Paris (aller-retour) avec un billet d’avion Japan Airlines Paris-Tokyo (aller-retour). Nous n’avons pas du tout pris d’avion Air France, c’était juste eux qui vendaient ce package là. Il faut savoir aussi qu’il faut être présent à tous les segments du trajet sinon ils peuvent tout bonnement annuler la suite de votre voyage. Je vous mets le lien qui nous a bien servi (sans faire de pub ni quoi que ce soit d’autre), je suis tombée dessus après avoir cherché longtemps sur internet parce qu’en fait, ça s’appelle Air and Rail chez Air France.

http://www.airfrance.fr/FR/fr/common/resainfovol/avion_train/reservation_avion_train_bruxelles_airfrance.htm

Une fois, que nous avons enfin récupéré nos billets (avec une bonne surprise pour l’avion) et laissé nos bagages. On se pose pour manger un bout et attendre que notre train arrive et nous amène à Paris.

Aéroport Paris-CDG

On arrive à l’aéroport à l’heure convenue (environ 3h avant le vol), aucun retard du train, ni de l’avion d’après le tableau d’affichage. Plus qu’à passer les portiques de sécurité et aller dans la zone détaxée pour attendre notre vol.

Quand nous avons eu les billets d’avion, nous avons eu la surprise de voir que pour l’aller nous étions en classe économique premium. On s’est dit, « cool, c’est toujours bon à prendre »,  mais c’est en fait une belle différence comparé au retour que nous avons effectué en classe économique « normale ». Déjà, on était que 2 sièges côte-à-côte au lieu de 3, ce qui signifie plus de place et pas besoin de déranger (ou être dérangé) quelqu’un quand on veut se lever. Les écrans étaient plus grands, les casques étaient anti-bruit, et les sièges plus confortables. Enfin, vous aurez compris, l’aller était quand même mieux que le retour. Les plats n’étaient pas mauvais, typiques d’un avion. Les hôtesses et stewards passaient souvent nous demander si on voulait boire quelque chose (compris dans le vol, pas de supplément) mais on a pu quand même se reposer et dormir un peu avant d’arriver à Tokyo et commencer notre périple riche en kilomètres.

 

DSCF2506
Plat servi dans l’avion

 

DSCF2508
En-cas servi dans l’avion

 

DSCF2504
Plat servi dans l’avion

 

DSCF2498
Apéritif (mise en bouche) japonais, Natto

 

Resto : Mamacita

Resto : Mamacita

Envie de manger mexicain ? Envie de boire un bon cocktail aux piments ? Envie de manger épicé ? Dans le coin du Luxembourg, c’est l’endroit où il faut aller. De la bonne cuisine mexicaine, épicée juste comme il faut, accompagnée de bons cocktails orignaux et détonants. Petit aperçu de notre repas d’un midi, enfin que l’on a pris vers 14h30 ! Car oui, il faut savoir que c’est un restaurant-bar ouvert de 11h30 à 1h00 du matin qui sert à manger tout le temps.

20160528145025-DSCF2751

Pour commencer…

Nous avons pris chacun un cocktail que nous ne connaissions pas : une Mamacita Margarita et un Guapa. Leur Margarita est faite avec un Cointreau infusé à l’Earl Grey et le Guapa était composé de sirop de chipotle fumé, d’un blanc d’oeuf, d’une purée de fruits de la passion. Les deux cocktails étaient frais, originaux, épicés et riches en saveurs. Il semblerait que leur margarita soit réputée d’ailleurs…

20160528150657-DSCF2770En entrées, comme nous sommes des curieux-gourmands, nous avons commandé trois mets différents. Un frijoles, une purée de haricots noirs cuits deux fois parsemée de fromage de brebis servie avec des nachos. Des quesadillas pollo (tortillas garnies et grillées) qui sont au poulet grillé, fromage, jalapenos et une sauce chipotle ainsi qu’un costillas y cilantro qui est un tacos au maïs blanc aux effilés de ribs de porc, coleslaw de choux rouge, jalapenos et de la coriandre fraîche.

Le frijoles avait une saveur assez particulière mais pas mauvaise du tout. Les quesadillas étaient parfaites. Pour le tacos, nos avis diffèrent un peu. Pour Brice, la pâte n’est pas top mais le ribs est très bon et savoureux. Pour moi, ni la pâte, ni la garniture ne trouvent grâce à mes yeux… Chacun ses goûts 😉

20160528151037-DSCF277620160528151102-DSCF2779

Le plat principal

Bon, faut avouer qu’après ces généreuses entrées/apéritifs, nous n’avions plus très faim, mais comme je l’ai dit plus haut, nous sommes des gourmands curieux. Nous voulons tout gouter ! Mais bien entendu, il est possible de ne prendre que des entrées ou bien que des plats selon vos envies et votre faim.

Les plats que nous avons commandé étaient des enchiladas de espinacas y hongos, c’est-à-dire des enchiladas aux épinards et aux champignons recouvertes de fromage de brebis frais, de noix et de crème fraîche. Elles sont servies accompagnées d’un riz rouge. L’autre plat commandé était un burrito de carne asada, une tortilla de blé farcie au boeuf émincé, aux haricots rouges, aux poivrons, aux oignons poêlés, avec de la coriandre, du riz au citron vert et du fromage. Il est servi avec un mélange de frites aux patates douces et aux pommes de terres, et une salade verte.

Les enchiladas étaient piquantes à la première bouchée mais une fois le choc passé, c’est goûteux mais un peu mou en bouche. Il manque une ou deux noix supplémentaires pour ajouter du croquant. Mais cela n’enlève en rien la qualité gustative de ce plat.

20160528153757-DSCF2781

L’énorme burrito était un peu fade (surtout comparé aux enchiladas) et les morceaux de boeuf émincé étaient trop gros pour pouvoir vraiment l’apprécier, car embêtant à manger. Un peu déçus… Par contre les frites, croustillantes et goûtues, sont à tomber !

20160528153833-DSCF2787

Pour finir, pas de dessert (gourmands mais pas trop) mais une boisson rafraîchissante, un club maté. Un genre de thé glacé pétillant au maté, original, pas trop sucré, mais rien d’exceptionnel. Le maté est une plante principalement cultivée en Amérique du Sud et contient beaucoup de caféine naturelle.

20160528161359-DSCF2791
La boisson des hackers allemands

En résumé…?

Nous sommes sortis de ce restaurant avec une addition de 90€ pour deux cocktails, deux verres de vin, un club maté, trois entrées et deux plats, donc pas trop cher vu ce que nous avons mangé et bu. D’ailleurs, nous avons beaucoup trop mangé :p  En tout cas, c’est un endroit où l’on boit des cocktails orignaux et où la nourriture à l’air assez typique.

Mamacita
9 rue des Bains
1212 Luxembourg
+352 26 26 23 96

 

 

 

Voyage: Découverte du Japon – Organisation

Voyage: Découverte du Japon – Organisation

Le blog va maintenant avoir quelques posts sur les voyages que nous avons faits 🙂

Pour commencer cette série, ce sera notre dernier voyage qui en sera le sujet qui a eu lieu pendant les vacances d’Avril 2016.

Organisation

Avion

Bon… En fait, je dois avouer que nous avons organisé ce voyage en moins d’un mois. Aubaine de l’avion pas cher aidant, c’était décidé, nous partons au Japon pour 11 jours. Je vais vous expliquer tout cela en détail 😉

Tout part de l’idée de faire des passeports début Février 2016 (pour partir début Avril 2016) avec l’envie de partir au Japon. On fait les dossiers, on appelle une première mairie, les rendez-vous ne sont pas avant Mars… On appelle alors, une autre mairie, un peu plus éloignée  où l’on peut passer le samedi matin! Le samedi, nos dossiers complets en main, tout est bon. Plus qu’à attendre le SMS (pendant 2 semaines environ) qui nous dit que nos passeports sont prêts à être récupérés. La machine est lancée, je suis à l’affût de n’importe quel bon plan pour un vol aller-retour pour Tokyo ou Osaka.

Nous avons alors trouvé un vol intéressant pour 450€  par personne environ au départ de Paris, avec une escale en Chine et une arrivée à Tokyo (ou Osaka), en moins de 24h tout compris. C’était super intéressant. Mais malheureusement, le temps que l’on se décide, les prix ont augmenté du jour au lendemain pour passer à 580€ par personne pour les mêmes billets…

Un peu triste, je fais une dernière recherche sur Google, pour un voyage au départ de Bruxelles. Comble de chance, il me trouve un aller-retour, Bruxelles-Tokyo, à 500€ par personne ! Je saute sur le lien directement ! J’analyse tout, ça me parait super intéressant, bien qu’un peu contraignant. On fait Bruxelles-Paris en train et Paris-Tokyo en avion (sans escale) et le retour pareil. Ça s’appelle un vol en code share (j’en parlerai dans un autre post pour vous expliquer tout ça) On se décide enfin pour réserver, et là pas de bol (poisse quand tu nous tiens…) une des horaires que nous voulions n’était plus disponible. On rafraichit, encore et encore et encore et encore, et toujours pas… On part au boulot, mais je ne lâche rien, je retente le coup, vite fait et LÀ, oui LÀ, la chance tourne ! Les bonnes horaires sont revenues. J’appelle Brice, pour confirmer quand même, et je réserve tout de suite. Nous partons donc alors au Japon pour 500€ par personne.

20160404160331-DSCF2516

 

Nous sommes le 10 mars et nous partons 3 semaines plus tard ! Plus le temps de traîner.

Hôtels

Recherche intensive d’hôtels pour Tokyo, Osaka ou Kyoto. N’ayant pas un budget illimité, on se limite dans les tarifs par nuitée dans les hôtels. Souvent quand nous partons, on se limite aux environs de 100€ la nuit pour deux. Bon, ben là, la nuit à Tokyo était à 140€ dans l’hôtel qui a attiré mon attention (et nous n’étions pas déçus du tout, vous verrez plus tard 😉 )

Ensuite, nous voulions dormir à Kyoto, mais faut dire qu’à moins de 3 semaines du départ et en pleine floraison des cerisiers ou hana-matsuri, il n’y avait plus de place… On s’est « rabattu » sur Osaka (20 minutes de Kyoto en shinkansen), mais la non plus, reste que des hôtels à 500€ la nuit !?! On s’est alors tourné vers AirBnB. La bonne affaire, 50€ la nuit à Osaka dans un appartement à 10 minutes d’une station de métro.

20160411142422-DSCF2694

Dernier jour, Tokyo (notre vol retour décolle de Tokyo). Le dernier hôtel est souvent le final de notre voyage, nous l’avons choisi pour avoir une vue sur la ville de Tokyo du 36ème étage de nuit surtout (220€ la nuit environ). Complexe hôtelier démesuré, jamais vu auparavant.

Tout les hôtels sont réservés mais ce n’est pas fini.

Japan Rail Pass, Monnaies, Livres, Valises

Nous avons acheté un Japan Rail Pass 7 jours, pour partir au Japon. Quésaco ?? Je vais vous expliquer rapidement, ici et en plus détaillé dans un autre post. En gros, c’est une carte de voyages en train illimités sur les lignes Japan Rail pendant 7, 14 ou 21 jours pendant toute la durée de validité du pass. Ce n’est pas donné (230€ par personne) mais c’est vite rentabilisé si vous prévoyez, comme nous, de faire un aller-retour Tokyo-Osaka. Attention: acheter le JRP avant de partir, car là-haut vous ne pourrez pas l’acheter !

Avant de partir, il est préférable de changer un peu d’argent. C’est plus pratique si vous avez déjà quelques yens en poche et que vous ne souhaitez pas changer à l’aéroport.

Pour nous documenter, outre regarder sur internet, nous avons acheté plusieurs livres pour avoir des informations sur les différents points d’intérêt des différentes villes. Je ne sais pas si ce sont les meilleurs guides papier, mais ils nous ont été bien utiles: le Lonely Planet sur le Japon et le Guide Evasion Japon – Tokyo, Kyoto, Osaka et environs.

Je ne peux vous conseiller que de voyager léger. Vous aurez envie de tout rapporter de là-bas 😉 Si nous repartons avec la même compagnie, nous profiterons des deux bagages par personne 😀 Blague à part, c’est vrai que vous êtes tentés par tout, de la simple omamori (amulette), à l’encens ou bien au saké typique. Vous aurez envie de tout.

Tickets de train Aéroport de Narita-Tokyo

Ne voulant pas perdre de temps sur le trajet entre l’aéroport et notre hôtel, nous avons réservé deux places dans le train rapide qui relie l’aéroport de Narita au centre de Tokyo en 40 minutes au lieu d’1h10 pour les autres pour un tarif un peu plus élevé.

20160404180817-DSCF2527

 

Voilà, tout est réservé!!! Comme quoi, 3 semaines suffisent à organiser au minimum un voyage au Japon 😉 Plus qu’à préparer sa valise pour le grand jour.